Si j’en avais la capacité j’écrirais dix billets en même temps tant j’ai de choses à dire, de questions auxquelles répondre et de pensées à vous partager. Je ne m’étais jamais douté que je puisse un jour être aspirée par un tel tourbillon. Je n’avais aucune idée de l’énergie et du temps que ça demande mais je m’accroche car je crois en mon message et j’userai de toutes mes capacités pour défendre mes idées. En douceur.

J’aimerais m’adresser à la Femme de Coeur, qui j’espère prendra le temps de lire ce billet. Par extension je m’adresse aussi à ces centaines de personnes qui au fil des ans m’ont tenu le même genre de discours. Je n’ai pas tant à dire que je suis sincèrement désolée de la voir réagir aussi viscéralement face à mes droits et libertés, dont j’use un peu trop si j’en écoutais certains. Quel paradoxe tout de même que d’un côté l’on veuille nous libérer (de force) d’un vêtement représentant (selon eux) l’oppression de la femme et que de l’autre côté on monte aux barricades quand ces mêmes femmes se manifestent et parlent haut et fort publiquement.

Je m’adresse aussi à vous chers lecteurs car j’aimerais avoir votre avis sur ce que je vais vous raconter. Comment décririez-vous l’attitude et le comportement de chaque acteur dans cette histoire? Quelle est votre impression? Et surtout quelles sont vos conclusions? Ai-je raison d’y voir de l’intimidation?

J’ai été invitée à partager mon sentiment face aux «clarifications » concernant la loi 62 sur les ondes de RDI. Une expérience troublante pour moi, j’étais tellement stressée. Je ne ne trouve pas toujours facilement les mots, surtout quand je suis nerveuse, comme n’importe qui j’imagine. Bref, on repassera pour mes impressions, ce n’est pas le but de ce billet.

Mon intervention était diffusée en direct. Jamais je n’aurais imaginé que quelque part, une femme qui a fait partie de mon univers télévisuel, que j’ai appris à découvrir et que je trouve inspirante me voit et réagisse de la sorte. J’étais à peine rentrée chez moi qu’une amie me partageait cette publication dans un message privé.

 

J’avais trouvé ce message un tantinet exagéré, mais c’est connu, Mme Fontaine a une personnalité forte, un caractère bouillant. Je me suis demandé si je pouvais me permettre de réagir. Puis je me suis dit de la laisser faire, elle a le droit de s’exprimer. Même ceux et celles qui me traitent de folle les commentaires.

johanne fontaine3

Ce qu’elle a dit, ce qu’ils disent, je l’ai tellement entendu, des centaines de fois, sans exagérer. Ça fait des années que je vois ce genre de commentaire défiler et encore, ceux-là sont soft. Alors j’ai laissé passer. Sans rien dire. Valait mieux, je pense.

Or quelle surprise pour moi quand je reçois, plus tard en fin de soirée, une notification disant que Mme Fontaine, la femme de cœur, a commenté une publication où j’étais identifiée (qui apparaissait donc sur mon mur et le mur d’une amie, à partir de quelle page elle y est parvenue, je n’en ai aucune idée).

jojo1

jojo2

jojo3

jojo

Après que mon amie ait bloqué Mme Fontaine, je me suis demandé si je pouvais me permettre de la contacter en privé pour essayer de discuter avec elle. Non pas dans le but de lui faire aimer mon voile ou ma religion mais simplement pour essayer d’apporter une nuance. Lui faire voir mon âme, ma personnalité, essayer de lui faire comprendre que c’est ce sur quoi je préfère me concentrer dans ma vie et non pas mon paraître. Je me dis toujours que si les gens prenaient un peu de temps et usaient d’un peu d’ouverture pour chercher à me connaître, peut-être que leur opinion serait moins… tranchante? Que les échanges pourraient être disons-le plus agréables? Une femme passionnée comme elle, j’aurais adoré avoir une vraie discussion, les yeux dans les yeux avec elle.  Sans avoir l’impression de vivre le procès du siècle. Bref, pour en revenir à l’histoire, qui se termine en me laissant insatisfaite et en questionnement, après que mon amie ait bloqué Mme Fontaine, j’ai hésité à la contacter en privé car je ne voulais pas qu’elle croit que je la harcèle, mais cette dernière a commenté sur une autre de mes publications (où je raconte ma déception suite à ma rencontre avec Denis Lévesque que j’ai trouvé en quelque sorte froid, inaccessible, mais après réflexion, en me disant qu’il était probablement contre le niqab et habitué de voir des dizaines d’inconnus défiler dans son bureau, je me suis dit qu’il avait bien droit à un peu de réserve même si ça et quelques unes de ses questions qui étaient stéréotypées m’ont légèrement déçue) . Je vous laisse voir.

jojo5

Alors voilà ce qui s’est passé. Vous avez toutes les captures d’écran concernant notre «échange» si on peut appeler cela ainsi car moi je voulais discuter et Mme Fontaine semblait avoir envie de confrontation, d’argumentation. Personnellement je refuse d’entrer dans le jeu de l’agressivité. (Ai-je raison de l’avoir sentie agressive envers mon amie et moi? Ne semble-t-elle pas autoritaire dans certains de ses propos, ne semble-t-elle pas vouloir m’écraser avec son opinion?) Encore moins de la confrontation. Je n’en bois pas mais comme on dit si bien: et si on en discutait autour d’un café?

Entre vous et moi maintenant, chers lecteurs. Qu’avez-vous ressenti en lisant notre échange? Avez-vous ressenti un certain malaise? Oui je sais je ne réponds pas à ses questions mais c’est que je veux mener le débat ailleurs, à aujourd’hui, ici, maintenant. Mettre fin au débat pour ouvrir le dialogue. Parce que ces questions, ces commentaires, je les lis quotidiennement depuis des années maintenant. Je veux faire ma part pour aider à nous remettre sur les rails pour que tous ensemble on puisse se concentrer sur les choses vraiment importantes. Mais au-delà des réponses, si on observe le comportement, l’attitude, les mots utilisés, quel message envoie Johanne Fontaine avec son attitude? Et quel message j’envoie moi?

Je ne vais pas traiter Mme Fontaine de ci ou de ça. Je ne voudrais pas influencer vos conclusions. Chacun a droit à son opinion, non?

Si aujourd’hui je vous partage ceci, c’est pour vous montrer le genre de malaise que l’on peut vivre. Parce que moi, malgré mon désir de communiquer avec elle, je dois l’avouer, je me suis sentie mal à l’aise, accusée, jugée. Je vous partage ce cas de figure en ne cachant pas son identité puisque sa publication est publique (même si j’ai choisi de camoufler l’identité de tous les autres commentateurs). Mais ce qui s’est passé, c’est arrivé moult fois, je ne vous dis même pas combien de fois j’ai changé de compte Facebook à cause du harcèlement de certains détracteurs nettement plus vulgaires et violents dans leurs propos. Mme Fontaine a le mérite de ne pas tomber dans les insultes mais son attitude… Bref, je vous laisse juger par vous même. Peut-être aurez-vous ainsi compris un peu ce que l’on peut vivre, de vouloir briser les stéréotypes et les tabous, de vouloir parler et aller à la rencontre de l’autre mais de se retrouver face à ce genre de réception.

En terminant, chère femme de coeur, malgré tout mon invitation à discuter tient toujours. Je vous l’ai dit, je suis une idéaliste.  Et je ne perds pas espoir. Peut-être pourrez-vous puiser dans votre coeur assez de tolérance pour faire une place à la discussion.

Paix

*Petite mise à jour: Une amie m’a montré ceci, écrit par Mme Fontaine pour une entrevue. Ce qui me laisse encore plus perplexe face à son attitude face à moi.

jojo6

Publicités

Rédigé par Warda Naili

Québécoise et musulmane, je vous invite dans mon monde.

(6 commentaires)

  1. Salam, je trouve personnellement que tu as accordé un peu trop d’importance à cette dame qui au vu des commentaires refuse toute ouverture d’esprit. Il est malheureux de constater que la liberté de la femme est réduite à une vision unique et occidental. Ceci dit, tes commentaires étaient très juste, très bien argumenté seulement lorsque qu’une personne a un voile sur le cœur il n’y a rien à faire. Le Saint Coran par la parabole du voile sur le cœur fait référence à ce genre de personne (Sourate el Baqara). Courage pour ton combat mais ne perds pas ton énergie avec des personnes complètement fermée. Conseil d’une sœur de cœur

    J'aime

  2. Bravo à M. Jacques Leclerc pour cet lettre et Mme Warda Naili vous devriez prendre le temps de la lire car vous aussi peut-être comprendriez-vous notre intolérance à l’islam…..

    L’auteur est conférencier et globe-trotter.

    À la lecture des commentaires émis dans les journaux ou les réseaux sociaux, je crois que vous, mes amis musulmans, semblez avoir de la difficulté à comprendre le peuple québécois qui est non seulement en faveur de la charte de la laïcité, mais qui y tient mordicus.

    Selon plusieurs d’entre vous et aussi quelques bien-pensants québécois, vous nous percevez comme un peuple xénophobe, à la limite raciste, alors que c’est totalement faux.

    J’aimerais vous amener à réfléchir à quelques points qui pourraient nous rapprocher et vous aider à comprendre notre réaction vis-à-vis votre présence en sol québécois.

    Pour avoir visité le Moyen-Orient et presque tous les pays musulmans, je pense que vous serez d’accord avec moi que le Canada (incluant bien entendu le Québec) est, comparativement à votre pays d’origine, une des nations les plus pacifiques au monde. Souvenez-vous que les Casques bleus sont une création canadienne.

    Le peuple québécois déteste la chicane et la confrontation. Il aime la paix. Il peut faire des concessions, mais pas n’importe lesquelles.

    Le Québec a été sous l’emprise de l’Église catholique pendant 400 ans. J’exagère à peine en disant que l’Église était pour nous l’équivalent des talibans chez vous. Tout comme vos extrémistes islamistes, on nous obligeait à aller prier à l’église sous peine de brûler en enfer. L’alcool était fortement déconseillé, la musique et les films faisaient l’objet de censure. Si les jeunes femmes avaient des relations sexuelles avant le mariage, elles se faisaient renier par leurs parents et étaient jetées à la rue. On leur arrachait leurs enfants des bras pour les confier à des orphelinats dirigés par… l’Église. Pendants ce temps, des religieux abusaient des petits enfants à l’orphelinat ou à l’école.

    Il a fallu 400 ans au peuple québécois pour briser cette domination et rejeter ces dogmes et croyances ridicules. Croyez-vous que nous allons laisser une autre religion entrer dans nos vies et dans l’espace public? Croyez-vous sincèrement que je suis à l’aise quand l’enseignante de ma petite-fille porte un voile pour lui démontrer de manière sans équivoque sa croyance religieuse: «Tu vois moi, je suis meilleure que toi, je pratique ma religion». Et comment pensez-vous que je vais réagir quand on lui imposera la nourriture halal au CPE ou à l’école? Nous sommes maintenant un peuple libre, libéré de la religion.

    Noyé dans une mer de 375 millions de Nord-Américains qui parlent l’anglais, le peuple québécois est fier de dire, encore aujourd’hui, qu’il a conservé sa langue et sa culture. S’il faut se battre encore 400 ans pour avoir un Québec laïc, libéré de toute religion, nous nous battrons. Les Québécois ne se laisseront jamais imposer une culture ou croyance qui va à l’encontre de leurs valeurs. De là la nécessité de la charte des valeurs québécoises.

    Alors, je vous tends la main, je vous demande à vous, mes amis musulmans, de vous joindre aux autres immigrants, italiens, chinois, grecs, vietnamiens, latino-américains, qui pratiquent eux aussi leur religion, mais discrètement à la maison. Pourquoi est-ce si facile pour eux et pas pour vous?

    Pour beaucoup d’entre vous, vous avez quitté un pays en guerre, le Québec vous offre un pays d’accueil, de paix, sans guerre et sans conflit. Un pays où tout est possible. Il suffit de faire comme les autres immigrants et de vous intégrer au Québec. Vous avez tout à gagner.

    J'aime

  3. Comment pouvons nous tisser des liens ou communiquer avec une personne dont le visage est caché. Je n’ai rien contre le tchador car, on voit le visage. Je respecte les musulmans, ils ont droit à leur religion mais pour moi, le voile intégral, n’a rien de musulman. Car la très grande majorité des musulmanes ne portent pas cet accoutrement, même en pays musulman.
    Alors devrions-nous accepter toutes les coutumes supposément religieuse comme l’excision, les mariages forcés, etc… Au Québec, on a réussi à se libérer des autorités religieuses, alors je trouve dommage cette lutte contre nos valeurs et notre manière de vivre. Hélas! Il vous reste à trouver ailleurs ce vous croyez être essentiel pour vous.

    J'aime

  4. Je sais très bien que vous êtes Québecoise et vous ne m’apprenez absolument rien mais cette lettre de Jacques Leclerc vous donne la vision que défendent la majorité des Québecois et que vous rejeté du revers de la main, tout en reniant vos racines au nom de votre islam. Votre provocation ne fait que faire augmenter l’intolérance envers la communauté musulmane qui en passant n’est pas en majorité en parfait accord avec le port du niqab et de la burqa, à moins bien sur que ce ne soit qu’une fausse image de désapprobation que cette communauté veuille laisser paraître à la société Québecoise. Au nom de certaines religions des guerres et des problèmes sociaux ont été, et sont encore déclenchés rien pour mettre fin à l’hostilité, mais à ne faire que l’accentuer.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s