Pénible échange sur la toile

Il y a une petite chose que j’aimerais mettre au clair avec vous tous. En tout respect.

Je me suis lancée dans cet exercice de communication dans le but de sensibiliser la population quant aux femmes qui portent le niqab ici au Québec. Un de mes principaux objectifs était et est toujours de rappeler qu’il y a un être humain sous ce bout de tissu qui crée tant de polémique et de réactions.  J’ai un autre objetif, collatéral car je ne m’étais jamais imaginé devoir faire ça: tenter de faire comprendre que malgré les élucubrations de certains, nous les femmes niqabi n’avons pas d’agenda caché, ne sommes pas manipulées par derrière, n’avons aucune ambition politique à part celle de nous battre dans le but de pouvoir, à notre tour, vivre paisiblement comme les autres citoyens.

Le fait est que d’avoir choisi de me mettre à l’avant pour défendre mes idées et essayer de déconstruire les  manipulations de certains individus qui tentent de faire croire que nous sommes le loup déguisé en agneau, fait justement en sorte que ces individus se croyant bien pensants se mettent à choisir de m’aborder.

Je l’ai toujours dit, ma porte est ouverte à la discussion. On peut échanger dans le respect des opinions qui sont opposées les unes aux autres. Je n’ai aucun problème avec cela. Là où j’ai un problème c’est quand je me retrouve à essayer d’échanger avec une personne qui est tellement convaincue d’avoir raison qu’il ou elle agit de manière à empêcher les échanges. Car tout ce qu’il ou elle veut, c’est vous convaincre que vous avez tort.

Je vais vous donner un petit exemple qui m’est arrivé hier. J’avais été abordée par une dame qui vit dans une région où il y aurait plus de chances de gagner à la loterie que de croiser une femme en niqab sur la rue. Elle s’est adressée à moi avec douceur et respect, ce qui m’a donné envie d’échanger avec elle. Elle disait vouloir me poser quelques questions…

france dumont 18.11.17.01

Malheureusement j’ai vite déchanté après ma tentative de réponse, car j’ai beau me faire poser ces questions encore et encore, c’est toujours aussi difficile à expliquer car c’est quelque chose que je vis intrinsèquement.

réponse1

france dumont 18.11.17.02

france dumont 18.11.17.03

Du moment qu’elle m’a répondu que ce n’était pas SA perception mais qu’une croyance n’est pas nécessairement une réalité, là je l’ai, comme on dit en bon québécois, vue venir avec ses gros sabots. Encore une personne convaincue de détenir la vérité. Tellement persuadée d’avoir raison dans sa manière d’aborder et de voir la vie qu’il est impossible que quelqu’un d’autre puisse avoir raison et qu’il lui faut corriger cette situation.

Donc cette dame que je ne nommerai pas par politesse, et qui je dois le dire a toujours usé d’un langage correct à mon égard, au fil de notre échange qui a duré plus de deux heures et demi et qui s’est poursuivi à sens unique pendant une bonne heure supplémentaire (j’aimerais bien vous montrer l’intégralité de notre échange mais je pense que votre temps est précieux et je vais tenter de vous en montrer l’essentiel), cette dame donc, a fini par me dire qu’elle s’était mis en tête de me conscientiser. Elle prétendait vouloir me faire réfléchir.

france dumont 18.11.17.04

france dumont 18.11.17.05france dumont 18.11.17.06

J’aurais dû ajouter qu’on aimerait aussi pouvoir vivre sans les insultes ou le comportement condescendant des gens qui nous prennent de haut parce qu’on a le culot de croire en quelque chose et d’aller au bout de notre foi. Tout comme j’aurais dû lui dire qu’on ne cherche pas à changer les lois, juste à en annuler une qui atteint nos droits et libertés. Mais je ne l’ai pas fait. Parce que je suis nulle en débats, car en fait je hais les débats, je déteste la confrontation, je préfère les échanges en douceur. Quand on lit cette dame, ses propos sont doux. Mais pourtant… je ressentais un arrière-goût de sournoiserie. Je n’étais, mais alors là pas du tout à l’aise dans cette situation qui comme je vous l’ai dit s’est étirée sur quelques heures.

Qu’on le dise une bonne fois pour toutes. Si vous lisez bien mes textes, vous pourrez constater que je fais la promotion de l’humain, pas de la religion. Car les croyances d’une personne, ça ne regarde personne d’autre. Et dans le combat contre la loi 62, je me bats pour ma sécurité, ma dignité, mes droits et ma liberté. Je me bats pour que chaque femme, chaque homme, peu importe ses choix ou son idéologie, puisse vivre décemment dans le respect de ses droits constitutionnels.

Or chaque fois que je tente d’expliquer que c’est une question de droits, on me répond toujours que c’est une question de religion, de croyances et chaque fois c’est dans le but de discréditer la foi musulmane et/ou le voile, qu’il soit intégral ou non. Ou alors on me sort la fameuse carte de l’islam politique.

france dumont 18.11.17.07

france dumont 18.11.17.08

france dumont 18.11.17.09

france dumont 18.11.17.10france dumont 18.11.17.11.PNG

france dumont 18.11.17.12

Qui ne le serait pas? Bien-sûr que je me ferme quand je me retrouve face à de tels propos! Dans le meilleur des cas je suis une pauvre petite marionnette manipulée et dans le pire cas de figure je suis une méchante islamiste qui cherche à changer la société dans laquelle elle vit. Je vais vous dire quelque chose. Oui j’essaie de changer certaines choses dans la société mais non je n’essaie pas de changer la société. Ce que j’essaie de changer, c’est la hauteur du dialogue de société qui selon moi est à un très bas niveau qui nous pousse à ramper dans la boue des opinions contaminées par les émotions car le sujet religieux est extrêmement sensible au sein de notre société. Moi ce que je veux changer c’est qu’on passe à une autre étape que celle de juste confronter nos opinions en tentant de nous écraser les uns les autres en pensant qu’on va gagner quoi que ce soit comme ça. C’est faux. C’est en tendant la main à l’autre qu’on va réussir à avancer ensemble, pas en se faisant une guerre d’idées perpétuelle. Ni en tentant se convaincre les uns les autres. Il faut simplement accepter d’avancer ensemble.

Ce que je voudrais réussir à changer ou aider à changer dans notre société, c’est que j’aimerais pouvoir sortir de chez moi sans avoir toujours la peur au ventre, sans ressentir le besoin de toujours regarder derrière mon épaule pour voir si quelqu’un ne me suit pas. Je voudrais pouvoir sortir sans que ce soit pour une nécessité comme faire les courses ou aller à l’hôpital. Aller faire un tour avec mon mari ou des copines sans craindre une agression verbale ou pire.

Je voudrais que chaque individu, peu importe son âge, son appartenance ethnique, son sexe, son orientation sexuelle, son idéologie religieuse ou politique puisse vivre paisiblement, en sécurité, dans la dignité. C’est ça que je veux changer. Pour protéger la diversité.

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur cet interminable et insupportable échange (insupportable car moi me faire prendre de haut et me faire parler comme si j’étais une enfant ou une pauvre petite chose endoctrinée, ça m’irrite au plus haut point) mais je ne voudrais pas y consacrer une série et je sais que cet article s’étire en longueur.

J’aimerais dire que l’idée de génie qu’a eue cette dame, de venir à moi, me questionner, essayer de mettre en doute ce qui constitue ma foi (parce que bien entendu selon elle la science ne prouve pas l’existence de Dieu alors moi je lui ai suggéré de faire une recherche sur les miracles scientifiques du coran et elle m’a répondu en me parlant de concordisme ) bref, elle n’est pas la première à y avoir pensé. Au fil des ans, ce genre de situation s’est accumulé un nombre incalculable de fois. De là aussi ma propension à me tenir sur mes gardes et me fermer rapidement. Car une fois ça va, deux fois c’est agressant, puis trois et plus je ne vous dis même pas.

Oui, dans ma vie à moi, pour moi, je suis convaincue que l’islam comme je le comprends et le vis, c’est la vérité. Mais je le vois comme une vérité qui m’est propre. Je n’ai pas à tenter de convaincre les autres, encore moins de chercher à les faire adhérer à mon idéologie. Je ne fais pas de porte à porte ni physique ni virtuel pour annoncer la «bonne nouvelle». Je ne me manifeste pas dans les fils de commentaires ou en privé pour dire «votre idéologie est fausse, votre manière de vivre erronée, on vous manipule, écoutez-moi je vais vous expliquer la vie»… Non! Je ne me permets pas de faire une telle chose.

Comment certains individus peuvent se permettre de faire ça? Qu’est-ce qui peut leur faire croire que leur démarche est normale, légitime, acceptable? J’ai accordé plus de deux heures trente à cette dame en tentant de garder mon calme. Faire comparer la croyance en Dieu avec la croyance au père noël est légèrement insultant pour ne pas dire plus) je lui ai poliment signifié que la pauvre petite créature endoctrinée que je suis allait prier car c’était l’heure et je lui ai dit qu’ensuite j’irai vaquer à mes occupations, parce que bon, on ne va pas non plus passer la journée là-dessus, hein?

C’est vrai, mea culpa, je me suis rapidement montrée irritée face à l’attitude doucereuse de cette femme. J’étais peut-être (à tort) un peu trop sur mes gardes, elle ne voulait probablement pas me faire de mal mais son intention sincère était condescendante, en tentant de se placer elle dans le rationnel et moi dans l’irrationnel. Je suis humaine, je ne suis pas parfaite, je fais parfois des erreurs de jugement, comme n’importe qui et parfois je pourrais user d’une meilleure attitude, je ne m’en cache pas. Mais on a tous nos moments, ou périodes, où l’élastique de la patience a rapidement atteint sa limite.

Je ne sais pas si la dame en question viendra jusque sur mon blogue (je l’ai bannie et bloquée sur Facebook) et lira ceci mais j’aimerais lui dire ceci:

Madame, vous aviez beau avoir un argumentaire et une approche bien étudiés et préparés avant de m’aborder, ma fermeture n’est que le résultat de vos propos, de votre manière de vous adresser à moi comme si j’étais, comme je le dis plus haut, une enfant ou une pauvre créature endoctrinée, manipulée. Quand vous arrivez à la conclusion que je ne suis pas ouverte à l’autre, c’est vous que je trouve fermée et je m’explique. Pour moi, être ouvert à l’autre, ce n’est pas nécessairement accepter de tout recevoir de l’autre. Pour moi, être ouvert à l’autre, c’est de rester moi-même et que l’autre puisse rester lui-même. Nous sommes l’un ouvert à l’autre sans chercher à nous changer mutuellement. Je suis ouverte à ce que l’autre vive sa vie comme il ou elle l’entende. Et idem pour moi-même. Pour moi l’ouverture, l’acceptation de l’autre c’est ça: ne pas essayer de l’induire en erreur ou de le changer. Ne pas essayer d’avoir raison sur lui. Être ouvert à l’autre, c’est aussi de le laisser vivre en paix… naturellement.

J’aimerais aussi vous dire que je suis désolée si vous avez ressenti que je vous ai manqué de respect mais habituellement c’est comme ça qu’on finit par réagir face aux gens qui nous exaspèrent, ce qui est tout naturel je crois.

Je ne refuse pas le fait que l’autre ne pense pas comme moi. Ce que je refuse, c’est qu’on tente de me changer. Ne faites pas à autrui ce que vous ne voulez pas que l’on vous fasse…

Paix.

 

 

4 thoughts on “Pénible échange sur la toile

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS
Twitter
Follow by Email