Suite au tsunami de réactions de parts et d’autres après la diffusion de nos vidéos, Josée Rivard et moi, je me dis qu’il vaut mieux que je vous raconte l’histoire en entier,pour que vous puissiez vous faire votre propre idée de la situation.

Josée, je regarde ses vidéos depuis le début. Et je ne nourrissais pas des sentiments positifs à son égard, même si je dois convenir qu’il lui arrive de dire des choses avec lesquelles je ne suis pas en total désaccord.

La semaine dernière, le 4 juillet pour être précise, à mon réveil, j’ai fait comme à mon habitude et je suis allée consulter mes courriels et notifications sur Facebook. Et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir 18 commentaires provenant tous de Josée.

Vraiment, ça m’a estomaquée car moi jamais je ne m’étais permis de commenter une de ses publications. J’observais à distance, disons-le ainsi. Ses commentaires, je les ai pris en capture d’écran mais je ne les ai pas tous lus car vraiment, ils étaient méchants et n’avaient aucune utilité dans mon initiative de dialogue.

J’aurais pu céder à mes émotions et lui répondre toutes les bêtises que j’ai pu penser d’elle depuis le temps (et il y en a je peux vous le dire, on a tout un cheminement à parcourir encore elle et moi). Mais si j’avais fait cela, nous nous serions calées toutes les deux et je n’aurais pas été conséquente avec ce que je prône.

J’ai alors décidé d’écrire un billet expliquant ma démarche, parlant d’elle à la fin mais ne la citant pas, ne désirant pas lui créer des réactions inutiles de son côté. Et j’ai pris sur moi de le lui envoyer en privé. Sa réponse fut à la hauteur des commentaires qu’elle m’avait envoyés précédemment. Ce à quoi je ne me suis pas empêchée de répondre.

Suite à quoi, Josée m’a répondu avec des arguments. Je ne dirais pas des arguments solides, j’aurais pu prendre le temps de les reprendre mais j’ai jugé que ce n’était pas comme ça que je réussirais à réellement échanger avec elle. Alors j’ai décidé de lui répondre par messages audio, pour qu’elle puisse entendre le ton de ma voix, que je voulais doux et respectueux autant que possible.

Je lui ai dit que c’était déplorable qu’elle m’ait abordée directement par des insultes, surtout qui n’avaient rien à voir avec le sujet. Je lui ai aussi dit qu’elle parlait de moi, mais avait-elle seulement lu un de mes textes ou regardé une de mes vidéos? Me connaissait-elle? Et elle? Quand les gens parlent d’elle et la traitent de ci ou de ça, ne se dit-elle pas que ces gens-là ne la connaissent pas? J’ai continué en disant que ce qu’elle venait de dire, ça on pouvait en parler, pour déconstruire et reconstruire autour de tout ça. Et je lui ai répété que j’étais prête à faire une vidéo avec elle, l’inviter sur une diffusion en direct, pour échanger.

C’est à ce moment qu’elle a changé de ton envers moi. Elle a commencé par me demander de la tutoyer. Elle était enfin ouverte à l’idée d’échanger. Je lui ai demandé de nous donner une chance et que l’on prenne le temps d’y penser chacune de notre côté.

Et le lendemain, elle m’est revenue avec un message vocal tout à fait positif, mais disant qu’elle préférait me rencontrer en personne. Que le fait de montrer qu’on peut avoir des avis qui divergent mais réussir à s’asseoir à la même table pour discuter, serait une symbolique forte pour la paix, non seulement pour le Québec, mais mondialement.

C’est vrai que quand on y pense, Josée et moi représentons des pôles totalement opposés. Je n’ai pas la même notoriété qu’elle, notre nombre de «followers» n’est même pas comparable. Mais dans la portée de notre message, et l’image que nous représentons, nous sommes totalement divergentes.

C’était donc décidé. Coordonnées échangées, nous avions prévu nous parler le week-end pour organiser le tout mais cet appel n’eut lieu que ce mardi, fixant le tout pour le lendemain, hier mercredi.

Autant mon intention était bonne, positive et sincère, autant j’étais sur mes gardes, sur le pied de guerre… Je me préparais à un débat, un combat. En fait, je me préparais au pire. Josée elle-même ne me fait pas peur. Mais les gens qui forment son univers ne sont pas tous des enfants de chœur, disons-le ainsi. Et si elle ne venait pas mais qu’au lieu de cela je me retrouve face à une personne désirant m’arracher mon voile ou pire? Ma peur était intense. Mais je sentais au fond de moi qu’il fallait que je le fasse. Je devais essayer. Comme on dit, si on n’essaie pas, on ne sait pas. J’ai donc pris certaines dispositions pour ma sécurité (oui oui, c’est allé jusque là) et j’étais préparée à toute éventualité. Et j’y suis allée.

Je me réserve la description en détail de notre rencontre pour un autre texte, il y aurait beaucoup à dire mais ce n’est pas ce dont je désire traiter ici.

En fait, je voulais vous parler des commentaires suite à cette rencontre. Si vous vous donnez la peine d’aller faire un tour dans les sections commentaires de nos vidéos citées plus haut, vous constaterez par vous-mêmes de la différence sidérale entre les deux fils de discussion. Autant j’avais peur de ce que les gens de ma communauté diraient du fait que j’aie rencontré Josée, autant je ne m’attendais pas à cette vague d’amour et de soutien, mes sœurs en religion ou en humanité (sans oublier les frères) étaient surprises, émues, prêtes à ouvrir la porte, autant que du côté de Josée, ce n’est pas du tout la même histoire. Et franchement, je compatis sincèrement avec elle.

Dès le début de la diffusion de sa vidéo en direct, quand ses supporteurs ont réalisé que nous étions ensemble, les réactions ont fusé. Je dois admettre que certaines personnes se sont montrées ouvertes à l’idée mais généralement, ça n’a pas passé du tout. Josée s’est fait traiter de toutes sortes d’épithètes, de traîtresse à vendue. Et j’en passe. En très peu de temps, des milliers de vues, des dizaines de partages et des centaines de commentaires. Tellement que je lui ai envoyé un message pour lui signifier ma compassion face à cela.

Mais ça ne s’arrête pas là, non! Depuis la parution de nos vidéos, la droite identitaire est secouée par une onde de choc que je n’avais encore jamais observée. André Pitre (aussi connu sous le nom de Stu Pitt) qui partage ma vidéo avec un message d’ouverture qui ne passe pas non plus auprès de ses admirateurs, a même écrit une publication qui franchement, m’a épatée de par son respect et son ouverture. Mais il a tout de même dû bloquer des gens.

D’autres ont annoncé leur position. Tel Sylvain Brouillette, chef de La Meute:maikan013maikan014maikan

Ou encore Dave Treg, ancien chef de Storm Alliance, qui après avoir partagé une pensée hier, s’est décidé à faire une vidéo aujourd’hui.

Idem pour l’activité dans les divers groupes réunissant tout ce beau monde dit identitaire ou de l’extrême-droite ou encore dans les commentaires accessibles par les partages. Ceux qui buvaient les paroles de Josée ne le prennent, mais alors pas du tout. Et ils tiennent à le faire savoir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si certains accordent le bénéfice du doute à Josée et lui laissent une opportunité de s’expliquer, pour une forte proportion, le rejet est total. Et les propos tenus ne sont pas tendres.

Je me dis que ces réactions sont révélatrices sur l’état de la droite identitaire au Québec. Si certains, bien que convaincus par leurs idéaux, sont prêts à se montrer ouverts à la discussion, histoire de voir ce que cela pourrait donner, d’autres par contre, présentent une fermeture hermétique à tout compromis pour avantager et faciliter le dialogue.

Comment peut-on convaincre la population qu’on est contre le radicalisme quand on se montre soi-même radical, n’offrant aucune ouverture? On parle de dialogue ici… pas de bouleverser la société. Les radicaux n’œuvrent pas pour la paix, non? Moi, malgré que j’étais terrorisée à l’idée d’aller vers l’autre, au risque qu’il m’arrive quelque chose, j’y suis allée, j’ai pris une bonne inspiration et j’ai foncé. Et je ne le regrette pas. Je ne parle pas des conséquences à cette rencontre. Je ne regrette pas d’avoir affronté ma peur et d’avoir fait face à Josée. Je l’ai dit dans ma vidéo hier, cette rencontre ne fait pas de nous les meilleures amies du monde, mais un pont a été bâti, une forme de respect mutuel est née, j’ose croire.

Pour le reste, l’agressivité des commentaires ne me surprend pas en tant que telle, j’en ai l’habitude, mais je suis encore sidérée de voir comment les gens ont pu si rapidement placer Josée sur un bûcher et l’enflammer sur-le-champ sans même lui accorder une forme de procès.

Je me pose une question. Ces gens. Sont-ils menés par des idées ou par leurs sentiments? Que veulent-ils vraiment? Car je ne vois pas là des gens qui se battent pour leur culture et leur patrie. Je ne vois que de la haine. Dans toutes les directions. Gratuite. Et laide.

C’est une histoire à suivre.

En terminant, Josée Rivard, je désire dire devant tous et toutes que je compatis avec toi car je sais ce que ça fait, peu importe qu’on soit habituée ou non, recevoir une telle négativité, pour ne pas dire autre chose. Ne te laisse pas démolir, ni ce pont qu’on a réussi à bâtir.

Paix.

Publicités

Rédigé par Warda Naili

Québécoise et musulmane, je vous invite dans mon monde.

(6 commentaires)

  1. tu a tout a fait raison warda les commentaires de l autre cote sont plein de haine et rien que la haine ils voient rouge et rien d autre ne nous accepte pas y a rien a dire d autre ils ne cherchent a rien comprendre ils ne veulent qu une seul et unique chose c est qu un beau jour on disparaissent malheureusement pour eux ca risque pas d arriver si vous voulez combattre des idées il faut le faire par les idées l échange d idées et non pas par la violence que ça soit verbale ou physique. et le pire c est que cette haine et alimente par de fausses informations totalement fausses
    dommage mais nous gardons toujours espoir a un avenir meilleur pour nous tous.

    J'aime

  2. Je n’ai jamais été en accord avec les idées de Josée. De dire que j’ai de la peine pour elle…non pas vraiment. Depuis des années qu’elle rabâche les oreilles de tout le monde avec des messages de haine. Elle n’a jamais mis un hôlà sur sa propre page…elle aurait pu,elle aurait dû.Aujourd’hui elle a décidé d’agir de la bonne façon Mais au prix fort de ce qu’elle a semé.J’espère qu’elle aura compris la leçon.Maintenant elle devra se tenir debout avec sa nouvelle ligne de pensées. J’espère qu’elle ne retournera pas encore sa veste….Tout le monde peut se tromper non?

    J'aime

  3. je suis pas d’accord avec josée et je suis pas d’accord avec toi, la religion c’est fait pour controler les faibles d’esprits (j’inclue les catholiques aussi), c’est a cause de vos idée de marde de religion que y’a de la guerre

    J'aime

    1. Hahahahaha! La guerre existerait à cause de la religion? Eh ben, je savais pas que l’argent, le contrôle des territoires et le pouvoir politique étaient des religions!

      Merci de faire notre éducation alva-gingras-pas-de-majuscules, je n’aurais jamais cru que le message de paix derrière la majorité des mouvements religieux était la cause principale de la guerre. J’avoue que l’attitude d’ouverture et de dialogue de Warda démontre une plus forte probabilité d’agression que votre message de peur, de rejet et d’accu. C’est avec des gens comme vous que le Québec ira loin!

      J'aime

    2. Hahahahaha! La guerre existerait à cause de la religion? Eh ben, je savais pas que l’argent, le contrôle des territoires et le pouvoir politique étaient des religions!

      Merci de faire notre éducation alva-gingras-pas-de-majuscules, je n’aurais jamais cru que le message de paix derrière la majorité des mouvements religieux était la cause principale de la guerre. J’avoue que l’attitude d’ouverture et de dialogue de Warda démontre une plus forte probabilité d’agression que votre message de peur, de rejet et d’accusation. C’est avec des gens comme vous que le Québec ira loin!

      Cela dit, un gros bravo pour votre initiative Warda. Nos communautés ont besoin de mieux se connaître, de se comprendre. Au fond, tout le monde veut la même chose : être libre, en sécurité et vivre sa vie.

      J'aime

  4. Subhan Allah! Such a beautiful piece of writing this is! Your calm demeanour, and respect towards other regardless of their behaviour has led someone who hates Islam, to at least have a dialogue. I can’t put enough emphasis on how inspiring this is. ❤ May Allah reward you sister Warda. May Allah guide the haters.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s