Quand la vérité doit s’exprimer…

Hier soir, soit le lundi 12 novembre, un homme connu pour ses propos radicaux tenus régulièrement sur Facebook, soit Pierre Dion, a diffusé une vidéo en direct sur l’un de ses nombreux profils (il doit les cumuler puisqu’il est constamment signalé) où il commence d’entrée de jeu en disant qu’il n’est pas un criminel. Alors que son plumitif, le résumé de son dossier criminel, fait pas moins de 38 pages.

J’ai, au printemps et début de l’été dernier, passé beaucoup de temps à observer le phénomène autour de ce personnage car dès le début, ses démarches et ses propos m’ont inquiétée. Je ne suis pas voyante mais je sentais au fond de moi que cela allait prendre de l’ampleur, que sa tribune allait s’élargir et je n’ai pas eu tort, bien que l’effet de ses propos a tout de même (heureusement) une limite, ainsi son public se constitue surtout de commentateurs, pour ne pas dire des trolls, mais peu en fait ne lui emboîtent le pas. Ce qui ne diminue pas la gravité des propos que M. Dion tient avec récurrence.

De jour en jour, au cours des derniers mois, Pierre Dion a multiplié les statuts à saveur islamophobe, raciste ou encore misogyne. Plusieurs groupes connus de l’extrême-droite dont La Meute se sont publiquement distanciés de lui, condamnant particulièrement ses déclarations atteignant la femme dans sa dignité. Plusieurs ont compris qu’il n’était pas bon de s’associer à une telle personne.

J’ai tellement observé cet homme que j’ai pratiquement le sentiment de le connaître. De comprendre comment il pense et voit les choses, je me suis tapé des dizaines d’heures d’écoute de ses vidéos et à lire les commentaires de son public que je pourrais facilement écrire une thèse sur le sujet.

J’ai pris du recul dans mon observation quand à la fois la dépression avec laquelle je vis depuis un an maintenant a pris le dessus sur moi et que Pierre Dion s’en est donné à cœur joie dans une vidéo avec un de ses amis, Mario Vincent où tous deux ont eu énormément de plaisir à me ridiculiser en essayant de me singer, «déguisés en moi». Comme les choses devenaient personnelles, j’ai préféré prendre du recul en attendant que les dispositions que j’ai prises à ce sujet soient mises en place et suivent leur cours.

J’ai donc cessé de le suivre et en fait j’ai réduit de beaucoup mes activités d’observation, le temps nécessaire pour prendre soin de moi et reprendre du poil de la bête.

Par contre, hier soir quand je suis tombée sur un statut de Xavier Camus annonçant que Josée Rivard appuyait Pierre Dion publiquement dans une vidéo diffusée en direct, vidéo de Pierre à laquelle s’est jointe Josée. Sans même avoir entendu ce qu’ils se sont dit, je me suis mise à la recherche d’un extrait audio que j’avais fait en juillet dernier.

Vous devez vous souvenir qu’en fin juin début juillet, Josée Rivard est venue m’insulter dans plus de 18 commentaires sur ma page Facebook. Au lieu de lui répondre directement j’avais pris le temps d’écrire un article lui répondant poliment que je ne veux pas entrer dans ce jeu car je désire avancer et non me rouler dans la boue. Je lui ai par la suite partagé le lien de l’article, afin de m’assurer qu’elle me lise. Elle m’a répondu par de nouvelles insultes, je lui ai dit que donc elle convenait qu’elle n’avait pas d’arguments et c’est là qu’elle m’en a sorti quelques uns et que par la suite nous avons décidé de nous rencontrer.

La rencontre a eu lieu le 11 juillet, dans un parc non loin de chez moi, dans le Petit Maghreb. J’étais extrêmement nerveuse, anxieuse à l’idée de cette rencontre. Et si Josée ne venait pas seule? Et si elle ne venait pas du tout mais qu’une ou des personnes mal intentionnée.s m’attendent dans un tournant dans le but de m’arracher mon voile ou pire? J’ai donc pris des dispositions avec une amie travaillant dans le domaine de la sécurité.

Le jour dit, j’avais 5 agents sur place, surveillant discrètement. J’avais de plus caché une petite enregistreuse dans la poche de ma cape. Finalement la rencontre s’était super bien déroulée, Josée était seule et nous avions beaucoup échangé. Le tout s’était tellement bien déroulé que l’équipe de sécurité a même décidé de quitter les lieux à un certain moment.

Il faut dire que notre rencontre a duré près de trois heures. Lors de cette longue conversation, Josée Rivard a pris sur elle de me parler de Pierre Dion, me disant qu’elle l’avait rencontré, était allée chez lui et s’était rendue compte qu’il n’avait aucune écoute, avait de mauvaises intentions, ne voulait qu’être un leader sans comprendre ce que cela implique. Elle m’a mentionné très clairement qu’elle lui a demandé de ne plus jamais prononcer son nom, qu’elle se dissociait de lui. Elle en a même rajouté parlant de sa consommation de cocaïne et en disant qu’il n’était pas un enfant de chœur.

Quand je suis rentrée chez moi à la suite de cette rencontre, j’ai pris la décision de ne pas diffuser l’enregistrement de notre discussion car à la base c’était pour me protéger et non pour lui remettre éventuellement au visage. Mais je pense, après avoir vu le statut de Xavier Camus et pris le temps de regarder la vidéo d’hier, que les gens devaient savoir à qui ils ont affaire.

Je suis loin d’être une personne parfaite, j’ai plein de défauts et je m’efforce de les assumer. Je ne pense pas que cela me rende meilleure que quiconque et donc que cela ne me donne aucun droit de jugement envers qui que ce soit. Par contre, quand la vérité peut parler d’elle-même, alors je la laisse s’exprimer librement.

Alors après avoir dit ceci, on peut l’entendre dire totalement le contraire.

Je me demande, quand on dénonce les politiciens, les traitant de menteurs et d’hypocrites, on est quoi quand on revire sa veste comme va le vent?

PS: À tous ceux et celles qui ont cru que  ma rencontre avec Josée l’avait transformée, je suis désolée de vous décevoir. La seule chose qu’elle a compris dans tout ceci était que sa manière de passer son message propageait la haine plus qu’autre chose. Autrement, ce fut et elle reste toujours la même.

Dernière question: quel genre de leader désirez-vous avoir?

Paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS
Twitter
Follow by Email