Insultes: le symptôme d’une société qui fonce dans le mur

La semaine dernière j’ai fait une vidéo en sortant d’un cabinet d’avocats pour expliquer où j’en suis rendue dans mes démarches, et j’ai conclu ma vidéo en parlant du mini scandale qui s’est déroulé autour de la photo montrant une femme musulmane priant dans un centre communautaire où se trouvait un sapin de Noël que j’ai partagée sur Facebook et qui n’a pas plu à certaines personnes.

Comme je l’ai expliqué à plusieurs reprises, j’ai été diffamée, présentée comme une ennemie du peuple, mise en danger par des propos mensongers. C’est pourquoi j’ai cherché toutes les manières possibles de faire valoir mes droits dans cette affaire. Or, en une semaine, mes modératrices et moi-même avons supprimé un paquet de commentaires, et on n’a pas terminé de faire le ménage, dont voici un échantillon:

Voyez-vous comme moi où se trouve le problème dans ces commentaires?

Non, ce n’est pas seulement qu’ils soient négatifs, intimidateurs ou haineux. Ils sont totalement hors sujet de la vidéo.

Encore une preuve que certains haïssent pour haïr, sans même chercher à comprendre.

Comment voulons-nous avancer comme nation avec du monde qui ne prend même pas la peine d’écouter l’autre, de s’ouvrir? Ne fonce-t-on pas tout droit dans un mur en agissant de la sorte?

Combien de temps encore avant que le peuple se réveille et décide d’agir avec un minimum de maturité?

Ça ne sert à rien de me dire de  me plier aux lois ou de retourner chez moi, je n’en enfreins aucune et je suis déjà chez moi. Et quand le sujet est une poursuite pour diffamation, il est où le rapport avec le respect des lois? Ou encore avec les insultes gratuites?

À ceux qui ont tant besoin de venir commenter juste pour cracher votre haine, ne vous êtes-vous jamais arrêtés pour vous demander comment ça s’appelle ce que vous faites? Vous rendez-vous compte qu’on me dit de fermer ma gueule après avoir été diffamée? Cela revient à dire : on sait que c’est faux mais ferme ta sale gueule car on n’en a rien à foutre. Ah de moi, je comprends que certains n’en aient rien à faire, Mais ça me démontre une grande paresse intellectuelle, une mauvaise volonté crasse qui me donne mal à mon peuple.

Le point ici ce n’est pas ma petite personne. Il faut que vous sachiez que ces commentaires ne me blessent pas. Mais ils sont clairement un symptôme du grand mal de notre société.

Je vous invite à méditer sur le sujet…

Paix

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS
Twitter
Follow by Email