Minoucha et oncle François

Depuis que François a décidé de reprendre là où Pauline s’est rendue, c’est complètement la confusion pour moi. Ça bouillonne à l’intérieur de ma pauvre tête dégarnie, les mots se bousculent, les images s’entremêlent et les interrogations fusent dans tous les sens.

Pour ou contre ? contre quoi ou contre qui ? le voile présumé « islamique », puisque c’est bien de ça qu’il s’agit, c’est religieux ou culturel ? qui décide de ce qui est religieux et de ce qui est culturel ? quand est-ce qu’un simple foulard devient-il un Hijab inquiétant? une femme voilée qui enseigne les mathématiques par exemple, quel rapport avec la laïcité de l’état ? en quoi son pouvoir est-il coercitif ? ces femmes voilées, portent-elles toutes ce fameux foulard pour les mêmes raisons ? sont-elles toutes des activistes islamistes? pourquoi aller plus loin que Bouchard-Taylor qui semblait pourtant être un compromis juste et raisonnable?, …

Et comme à chaque fois que ce thème est réactivé, la courtoisie cède la place à la grossièreté. Il n’y a qu’à faire un petit tour dans les couloirs obscurs des média antisociaux pour constater l’ampleur de la laideur. Les meutes des deux bords sont déchainées, le bal du mépris est ouvert.

Comment trouver alors le ton juste, des mots intelligents pour exprimer avec conviction son opinion sans heurter la sensibilité de quiconque ? j’avoue que l’exercice est assez difficile, peut-être même risqué, surtout que personnellement, je n’ai ni la plume d’une Denise Bombardier ni la pertinence d’un Patrick Lagacé.

Je vais quand même essayer, à mes risques et périls. Je présente d’ailleurs mes excuses d’avance à toute personne qui se sentirait offensée par un mot, au travers d’une phrase ou par toute maladresse de ma part.

Que dirait alors à votre avis François Legault, encore dans l’euphorie de sa victoire, à une femme voilée qu’il connait personnellement ? une amie de la famille Legault qui s’appelle Minoucha par exemple.

Pour les besoins de la fiction, Minoucha est évidemment une femme voilée d’origine maghrébine. Elle est enseignante à l’école secondaire Antoine-De-Saint-Exupéry depuis une bonne dizaine années, elle a eu par ailleurs beaucoup de peine avant de décrocher, après plusieurs tentatives, son permis d’enseignement. Mais avant d’en arriver là, Minoucha a travaillé comme femme de ménage, caissière puis éducatrice dans un CPE (centres de la petite enfance), ce fut là où elle fit la connaissance d’un certain François qui venait de temps en temps récupérer ses enfants à la garderie.
Minoucha est très appréciée par Mme et M. Legault pour la qualité de son travail, son parcours de combattante mais aussi pour son ouverture d’esprit malgré le voile qu’elle porte, assez inquiétant à leur goût. Un lien d’amitié durable s’établit avec Minoucha.
Minoucha et son Hijab, c’est presque deux substances incorporées ! elle le porte depuis si longtemps que l’enlever serait un défi insurmontable.

Dans son pays d’origine, à un moment où la propagande islamiste est à son paroxysme, Minoucha est encore très jeune. Elle voit ses sœurs, ses cousines, les femmes du quartier qui se voilent les unes après les autres, on lui explique tout simplement que Dieu serait fâché si elle ne cache pas ses cheveux!

Elle ne comprend pas trop pourquoi ALLAH se préoccupe-t-il tellement de ses cheveux, il y a tant d’injustices et de misères dans ce monde qui mériteraient plus son attention, mais elle ne veut pas non plus qu’il soit fâché contre elle. Puis, elle a toujours appris que, les questions religieuses, c’est trop compliqué pour elle et il y a des spécialistes pour ça. Elle n’a donc pas à comprendre, elle a juste à faire ce qu’on lui demande.
Puis le temps passe, les études, le mariage, les enfants, l’émigration au Canada, Minoucha oublie même qu’elle porte un foulard tout le temps. C’est devenu tellement naturel qu’elle ne peut même pas s’imaginer sans Hijab. Puis, entre le travail et les enfants, elle n’a pratiquement pas de temps pour pouvoir mener des réflexions théologiques ou philosophiques sur son Hijab ou plus globalement sur sa nouvelle condition dans son pays d’accueil.

Ce soir-là, Minoucha est très fière! Elle connait personnellement l’homme fort du Québec. Elle a même voté pour lui contre l’avis de toute sa famille qui vote habituellement pour le camp adverse. Elle s’en va alors féliciter François qu’elle considère comme son grand frère québécois.

François, encore en mode campagne, la reçoit avec son grand sourire électoral :
Bon matin ma petite Minoucha, comment vas-tu, tes enfants, ils vont bien? Ah Minoucha, c’est fou ce qui vient de se passer, je n’en reviens pas encore, je ne m’attendais vraiment pas à tout ça. Le peuple a finalement dit son mot, je suis l’Homme élu, n’en déplaise à Valérie Plante et sa salade multicolore de mauvais goût.
Je suis un homme comblé Minoucha, grâce à mon intelligence et mon pragmatisme d’homme d’affaire, j’ai pu goûter à tous les bonheurs, j’ai pu côtoyer tous les honneurs. Mais cette fois-là, je l’ai eu l’honneur ultime, celui de servir mon pays, ma nation, mes compatriotes.

Je ferai inévitablement la pluie pour certains mais surtout le beau temps pour les miens, je chanterai l’amour uniquement en français et je gronderai dans les autres langues. Je tiendrai toutes les promesses, même celles que je n’ai pas faites.
J’ajouterai un deuxième bain bien chaud à nos aînés, je décèlerai très tôt les difficultés d’apprentissage pour nos enfants, notamment en mathématique avec tous ces symboles confus d’union, d’intersection et d’inclusion. Je vais désengorger nos urgences et réinventer notre système de santé au complet et surtout je mettrai plus d’argents dans les poches de mes concitoyens.

Je fermerai les portes du Québec au nez de tous ces couscoussiers qui ne respecteraient pas nos valeurs. Je leur imposerai un examen de conscience avant de les accepter chez nous! Je leur demanderai par exemple ce qu’ils aiment le plus, le soccer ou le hockey ? S’ils sont capables d’abandonner leur tajine pour goûter à notre poutine ? S’ils croient toujours que Ève est responsable du péché originel? S’ils ont bien l’intention d’envahir notre beau pays et d’y installer leur état satanique? Enfin, comme dirait Guy A. Lepage, la question qui tue : entre leur foi et notre loi, c’est quoi au juste leur choix ?

Mais l’urgence de toutes les urgences c’est bien toi Minoucha et je tiens bien à m’en occuper. Surtout que, financièrement, ça ne me coûte absolument rien du tout. Puis, c’est un tout petit geste pour faire plaisir à cette toute petite tranche de mes concitoyens qui sont si effrayés par un habit, un accent ou une couleur différente.
Nous allons donc organiser une grande fête à ton honneur et pour ton grand bonheur. J’inviterai oncle Bernard et tante Pauline, t’en souviens-tu? On pourrait même convier la cousine Marine qui t’aime beaucoup tu le sais bien, elle qui n’a pas hésité une seconde à me féliciter bien que je ne partage pas complètement tous ses refrains!
Nous serons tous là pour t’aider et pour te protéger. De qui ? Eh bien de tous ces objets potentiellement explosifs qui t’entourent.

Ton père, ce vieillard qui fouettait ta pauvre mère pour ne pas lui avoir préparé son couscous après sa prière ostentatoire du vendredi! Ton frère, cet extrémiste confirmé qui trouve du plaisir à égorger un pauvre mouton lors de votre horrible fête! Ton mari, ce paresseux qui ne veut pas travailler, avec son diplôme bidon d’ingénieur il aurait pu quand même conduire un taxi à Montréal ou ranger les caisses chez Sami Fruit.
Sais-tu Minoucha, ça nous fait beaucoup de peine de te voir comme ça, toute seule au milieu de cette bande avec ce fardeau foulard qu’ils t’ont imposé et ça nous fait honte aussi. Et puis, c’est une insulte pour nos grandes dames qui se sont tellement battues pour libérer tes sœurs du Québec. Ne dis surtout pas que c’est ton choix à toi, elles savent très bien que c’est faux. Elles ne peuvent pas comprendre comment une femme peut être épanouie et heureuse avec un tel truc sur la tête.

Je sais bien Minoucha qu’au plus profond de toi, tu en souffres, tu as tellement envie de l’enlever mais tu as peur, tu es terrorisée. J’ai donc décidé de te l’arracher une fois pour toute, comme une dent de sagesse mais sans anesthésie, on n’a malheureusement pas encore trouvé d’anesthésiques pour ce type d’extraction! ça va faire très mal au début mais, tu es brave Minoucha, tu vas t’y habituer par la suite.

Ma chère Minoucha, j’espère que tu as bien compris le message! je sais bien que tu es une bonne personne compétente et très dévouée, mais l’heure est au dévoilement Minoucha, pas vraiment au dévouement. Sois gentille donc et enlève ce truc qui m’énerve sur ta tête, je t’en supplie! Sinon, tu sais bien, je suis très gentil mais je peux aussi me fâcher et tu sais bien ce qu’un premier ministre pourrait faire lorsqu’il est fâché.

Tu ne pourrais peut-être plus t’acheter de lait pour tes petits chatons, il faudrait compter sur les banques alimentaires pour les nourrir. Le cinéma, la ronde, le club de soccer, oublie ça. Ton crédit hypothécaire et tes cartes de crédit, ça peut rapidement tourner au cauchemar pour toi et ta petite famille.

L’égalité Homme-Femme est sacrée pour nous ma chère Minoucha et je tiens bien à la réaliser pour toi. Je trouve ça vraiment injuste pour toi et je ne comprends pas pourquoi toi t’es obligée de porter un foulard et pas ton mari !
Enfin Minoucha, tu sais bien que tout ça, c’est parce qu’on t’aime beaucoup Isabelle et moi, Simon et toute la famille. T’inquiète pas trop Minoucha, ça va bien se passer, on va te l’arracher ce maudit foulard.

1976, moment historique de la vie politique du Québec, René-Lévesque proclamait avec grande émotion : « on est quelque chose comme un grand peuple ». L’Histoire a retenu un grand homme avec un grand projet pour un grand peuple.

François Legault a invoqué ces mémorables paroles au moment de son investiture, sauf que lui, à défaut d’avoir un vrai projet, il propose une vraie distraction. L’Histoire retiendra peut être pour lui quelque chose comme un tout petit premier ministre.

ABOU-AL-YAZID-AL-MAGHRIBI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS
Twitter
Follow by Email